Bonjour à tous, nous vous souhaitons à tous la bienvenue de la part de toute l'équipe ROCKMAN GENERATION




MEGA MAN Legends






-- Test fait sur PS1 --

SONS :


Les musiques, bien que très différentes de ce que la franchise Megaman nous avait habitué, sont relativement bonnes, bien que peu variées et répétitives. Elles collent bien aux zones visitées et se laissent écouter, même en étant discrètes, elles restent entrainantes et on se surprendra souvent à les fredonner pendant le jeu, la magie Capcom se sent. On peut noter une différence entre le monde moderne où les musiques sont douces et calmes, et le monde sous-terrain où les musiques sont sombres et pesantes.



INTRODUCTION :

Megaman Legends est sorti en 1997. Ce jeu est le premier Megaman en 3D, son principe est très éloigné de ses prédécesseurs car il n’est plus question de battre des boss, de collecter leurs armes et de s’en servir pour en battre un autre plus facilement. L’aventure et l’exploration sont désormais de mise, le jeu se déroule dans un univers ouvert, comme un GTA-like, le joueur a la liberté de se déplacer où il veut et peut à tout moment faire une pause dans la quête principale pour remplir l’une des nombreuses sous-quêtes que l’on trouve dans le jeu, ou pour explorer le monde sous-terrain à la recherche d’un trésor ou de pièces permettant de fabriquer de nouvelles armes. Le jeu inclus également la notion de bien et de mal, symbolisé par la couleur de l’armure de Megaman (Bleu = bon, Noire = mauvais), le joueur à le choix, par exemple, de financer ou non la reconstruction d’une ville, de financer ou non l’opération d’une enfant handicapée, de mentir sur son prénom, etc.





HISTOIRE :

Le monde est recouvert par les océans, les Hommes tentent de survivre sur le peu de terre qu’il reste, de nouvelles villes ont été battis sur les ruines d’une ancienne civilisation, certaines d’entre elles contiennent toujours de puissants artefacts, appelés Réfracteurs. Certaines personnes, appelés les « Diggers », ont pour mission de creuser dans cette ancienne civilisation dans le but de retrouver ces puissants artefacts. Notre héro, Megaman Volnutt, est un «  Digger »,  accompagné de Roll Caskett, Barell Caskett et Data, sont à la recherche de réfracteurs quand leur chemin les mènent à des ruines situées dans une tour. Après une mésaventure dans cette tour, nos héros sont contraints de s’arrêter sur une ile qu’ils ne connaissent pas. Intrigués par les mystères de cette île, ils vont l’explorer pour découvrir ses trésors, trésors que convoite également une famille de pirate, les Bonne...





JOUABILITÉ / COMBAT :

Passage à la 3D oblige, la maniabilité n’est pas changé, mais un système de Lock (verrouillage repris par Zelda sur N64 l’année suivante) fait son apparition, Megaman ne peut plus charger son Buster, ni dasher sans avoir au préalable récupéré la pièce d’armure nécessaire (tout comme dans le premier Megaman X), le slide a également disparu au profit de la roulade, qui rend Megaman intouchable pendant un court moment. Le joueur a également accès à des objets d’aide en combat, comme un bouclier qui réduit les dommages ou à une gourde qui permet de récupérer de l’énergie.





Le Buster est upgradable dans plusieurs domaines (puissance, vitesse, nombre de tirs, portée des tirs), ce qui permet au joueur d’adapter son arme principale aux situations, ou tout simplement de faire en fonction des préférences du joueur, on peut très bien faire une arme surpuissante de près mais inefficace de loin, comme une arme pas très puissante, mais favorisant le combat à distance ou même une arme favorisant la vitesse de tir. Les armes spéciales ne s’obtiennent plus en battant un boss, mais en trouvant des objets et en les donnant à Roll afin qu’elle les assemble pour créer ainsi différentes armes et équipements, ce qui encourage le joueur à explorer les souterrains pour trouver de nouveaux objets.

Pour ce qui est des combats, si les ennemis de base ne posent pas de problèmes, les boss sont une autre histoire : ils ont souvent un point faible qu’il faudra trouver, une fois découvert, il faudra souvent ruser pour pouvoir l’atteindre, une bonne maitrise de la roulade est obligatoire pour ne pas perdre. Il est également impératif de savoir jongler entre les phases de tir et de déplacement car il est impossible de bouger tout en tirant avec le verrouillage, il est par contre possible de tirer en courant, mais les tirs iront dans la direction ou regarde le personnage. Le joueur est donc obligé de bien analyser son adversaire pour savoir quel stratégie adopter et donc à savoir quand il doit attaquer son ennemi et quand il doit esquiver une attaque.




GRAPHISME :

Les graphismes sont assez carrés et ne font pas partis des meilleurs de la console, mais l’univers du jeu est grand et les zones sont assez variées, que ce soit pour le monde moderne ou la monde souterrain. Le jeu offre plusieurs environnements et les graphismes restent tout de même accrocheurs. Le jeu est divisé en deux zones, la ville moderne, qui permet d’interagir avec la population locale ou de faire des achats, et la zone souterraine, qu’il faut explorer pour trouver des trésors ou des objets. Les deux zones sont radicalement différentes et ont chacune leur atmosphère, on sentira la joie, la vie et la chaleur du monde moderne comme on se sentira perdu, seul et en danger dans le monde souterrain.



DURÉE DE VIE / DIFFICULTÉ :

La première fois qu’on fait le jeu, il faut compter entre 10 et 15 heures de jeu, pour découvrir l’univers de jeu et les points faibles des boss, pour une deuxième fois. Le jeu comporte également quelques mini-quêtes qui rallongent la durée de vie de quelques heures, 3 à 7 heures. On peut donc compter facilement 20 à 25 heures de jeu pour le faire à 100%, avec toutes les armes, tous les objets et en faisant toutes les quêtes annexes. Deux modes de difficulté « Facile » et « Difficile » peuvent également êtres débloqués si l’on fini le jeu dans certaines conditions. Le jeu se rejoue plusieurs fois du fait de sa diversité, même si on le finit plusieurs fois, il y’aura toujours une quête dont on ne se souvenait plus ou une nouvelle découverte qui fait que l’on apprécie de plus en plus le jeu, les deux modes de difficulté à découvrir sont également un bon moyen de se replonger dans le jeu.




CONCLUSION :

Les + :


Les - :




Voilà ma conclusion en tant que FAN :

Un nouvel univers, un nouveau système de jeu, un bon début pour une nouvelle série, l’aspect « je sauve le monde en chassant Wily/Sigma » ne fait pas parti de ce jeu, c’est une bouffée d’air frais pour la série Megaman grâce à son originalité. A posséder quand on est fan du Blue Bomber, même si le jeu ne ressemble que très peu à ses prédécesseurs.



Voilà ma conclusion en tant que JOUEUR :

Un bon jeu, une tentative de 3D plutôt réussie, des musiques moyennes. Le système d’exploration est bien travaillé et l’exploration des ruines prend un petit moment. Une valeur sûre pour passer un bon moment.  



Notations diverses :

Sons : 6/10 Les musiques sont bonnes, mais elles ne sont pas au niveau de ce qu’on peut attendre d’un Megaman.

Histoire : 9/10 Une nouvelle histoire et de nouveaux ennemis, l’histoire est assez travaillée et nous réserve quelques surprises. Quand aux ennemis, ils sont assez charismatiques et jouent leur rôle comme il se doit.

Maniabilité : 5/10 Les combats sont assez compliqués à cause du système de visée qui n’est pas très précis et souvent de la camera qui se place plutôt très mal.

Graphismes : 6/10 Ils sont variés, mais très carrés et inferieurs à d’autres productions de Capcom de la même époque.

Durée de vie : 7/10 Le jeu en lui-même n’est pas très long, mais les quêtes annexes et l’exploration approfondie du monde sous-terrain l’augmente considérablement.


NOTE 8/10

Auteur : RnR67








Nb de visiteurs:172564
Nb de visiteurs aujourd'hui:33
Nb de connectés:1
A propos | Remonter en haut de la page | Nous Contacter | Signaler un lien cassé
© Rockman Generation ainsi que toutes les séries Megaman, les personnages, les noms, les musiques
et univers en découlant sont la propriété exclusive de Capcom, Co. Tous droits réservés.